Ailleurs et autrement by Annie Le Brun

By Annie Le Brun

C’est au fil d’une vingtaine de chroniques libres, parues dans los angeles Quinzaine littéraire à partir de 2001, et d’une dizaine d’autres textes que l. a. plume tranchante d’Annie Le Brun prend ici l. a. mesure des tendances intello-culturelles de notre époque. Ailleurs et autrement balaie ainsi un spectre très huge : des observations sur los angeles langue des médias («Langue de stretch») côtoient des réflexions sur l’alimentation («Gastronomie : qui mange qui ?»), une tentative de réhabiliter des auteurs oubliés tels Éric Jourdan ou François-Paul Alibert («De l. a. noblesse d’amour») alterne avec des attaques contre le «réalisme sexuel» et l’appauvrissement de nos horizons sensibles. Des expositions vues et des livres lus - souvent des rééditions d’œuvres rares - alimentent une pensée en perpétuel mouvement qui s’intéresse autant à des figures comme René Riesel («La splendide nécessité du sabotage»), qu’à l. a. déforestation en Amazonie, los angeles underwear de Chantal Thomass ou encore los angeles lycanthropie… Et si Annie Le Brun ne manque pas de se référer à Sade, Roussel ou Jarry, c’est pour y trouver l. a. distance qui lui permet de débusquer les formes toujours nouvelles que prend l’inacceptable de ce temps mais aussi d’exalter ce qui mérite encore de l’être. Non sans humour, elle nous présente une précieuse point of view : «L’increvable soleil de l. a. médiocrité n’a pas fini de fasciner. Mais, s’il est un moyen d’y échapper, voire de le combattre, ne serait-ce pas de commencer à regarder ailleurs et autrement ?»

Show description

Read Online or Download Ailleurs et autrement PDF

Best french books

Additional info for Ailleurs et autrement

Example text

Naturellement, Manuel avait accepté. La version officielle assurait que Manuel Sagnier et sa famille faisaient preuve d’une dévotion aveugle pour Vidal, éternel paladin des déshérités. Je ne savais si je devais prendre cette histoire au pied de la lettre ou l’attribuer à la longue kyrielle de légendes tissées autour des manifestations de la bonté aristocratique que cultivait Vidal et auxquelles on avait parfois l’impression que seule manquait l’apparition d’une bergère orpheline nimbée d’un halo lumineux.

Sans un mot de plus, il se leva et s’en alla en emportant mon récit. Il ferma la porte derrière lui. Je restai pétrifié, ne sachant pas si je devais partir en courant ou attendre ma condamnation à mort. Dix minutes plus tard, qui me semblèrent dix années, la porte du bureau du sous-directeur se rouvrit et la voix de stentor de M. Basilio résonna dans toute la salle. — Martín ! Ayez la bonté de venir. Je me traînai aussi lentement que possible, rentrant un peu plus les épaules et me tassant à chaque nouveau pas, jusqu’au moment où je fus bien obligé de relever la tête.

Et joyeux Noël. — Joyeux Noël. Le lundi suivant, quand j’arrivai à la rédaction et me disposai à occuper pour la première fois ma propre table de travail, je trouvai une enveloppe de papier gris, un ruban noué autour et mon nom écrit avec la machine sur laquelle j’avais passé des années à taper. J’y trouvai la quatrième de couverture du dimanche avec mon histoire encadrée et un mot : � Ce n’est que le début. Dans dix ans ce sera moi l’apprenti et toi le maître. Ton ami et collègue, Pedro Vidal.

Download PDF sample

Rated 4.90 of 5 – based on 33 votes